A.E.D.I. : l’intégralité de l’interview du président du BEI accordée au site KOACI.COM

 © koaci.com- Mardi 28 Novembre 2017 – L’Association des Etudiants de la Diaspora Ivoirienne (A.E.D.I.) est le nouveau-né des mouvements apolitiques à l’extérieur du pays.

Son président dans une interview qu’il a voulu nous accorder depuis le Canada où il fréquente, parle de l’AEDI, de ses objectifs et surtout des difficultés rencontrées par les étudiants de la diaspora  notamment avec la question de l’octroi des bourses par l’Etat, dont certains n’en bénéficieraient pas.

Ci-dessous l’intégralité de l’entretien …

KOACI.COM : Pouvez-vous nous présenter l’Association des Etudiants de la Diaspora Ivoirienne (AEDI) ?

Lamoussa Diabaté : L’Association des Etudiants de la Diaspora Ivoirienne (A.E.D.I.) est une organisation internationale non gouvernementale, apolitique et non religieuse qui vise à fédérer l’ensemble des étudiants ivoiriens de l’extérieur de la Côte d’Ivoire au sein d’une seule et même structure. L’association a de nombreux objectifs dont les principaux sont de :Apporter assistance, conseils et orientations aux nouveaux étudiants ivoiriens à travers la structure de base afin de leur faciliter une meilleure intégration dans leur pays d’accueil ; Etre un interlocuteur privilégié des étudiants ivoiriens de l’extérieur pour les responsables de la représentation diplomatique de Côte d’Ivoire à l’étranger ainsi que pour les organismes internationaux ; Organiser des évènements scientifiques et sociaux pour les étudiants dans le dessein de valoriser l’étudiant ivoirien sur le marché de l’emploi et/ou promouvoir la Côte d’Ivoire aux investissements étrangers.

Le Bureau Exécutif International comprend à ce jour les étudiants ivoiriens du Canada, USA, Brésil, France, Belgique, Russie, Ukraine, Inde, Chine, Maroc, Algérie, Sénégal. L’association compte s’étendre à tous les pays du monde où se trouveront des étudiants ivoiriens. Nous sommes également présents sur les réseaux sociaux où nous sommes suivies par plus de 13.000 personnes.

KOACI.COM : L’AEDI existe depuis quand et pourquoi une nouvelle association des étudiants ivoiriens de la diaspora Rechercher diaspora ?

L.D : L’association est assez récente, nous existons officiellement depuis le 08 Octobre 2017, date à laquelle, nous avons fait notre première assemblée générale constitutive. Et nous avons entrepris depuis les démarches auprès des autorités compétentes pour la reconnaissance de l’association. L’idée de créer une nouvelle association est parti d’un constat. Nous avons en effet remarqué l’absence d’une structure sérieuse qui puisse défendre les intérêts des étudiants ivoiriens de l’extérieur. Il existe dans chaque pays des associations d’étudiants ivoiriens qui mènent des actions individuellement mais ces actions sont le plus souvent très peu porteuses. Nous estimons donc qu’en étant unis au sein d’une seule et grande famille, nous aurons plus de poids, plus de visibilité et donc, que nos actions pourront aboutir dans l’intérêt des étudiants ivoiriens de l’extérieur de la Côte d’Ivoire.

KOACI.COM : Est-ce qu’il y a d’autres associations d’étudiants ivoiriens à l’étranger ? Si oui, qu’apporte de plus l’AEDI par rapport aux autres ?

L.D : Comme je viens de le dire, il existe de nombreuses associations d’étudiants ivoiriens mais pour des circonscriptions bien précises ou pour un intérêt bien précis. Vous remarquerez par exemple, l’association des étudiants ivoiriens de la Russie ou encore l’association des étudiants boursiers de la Côte d’Ivoire en France dont je fus d’ailleurs un des présidents et j’en passe. Mais le plus grand avantage de l’A.E.D.I. est d’avoir réussi à fédérer toutes ces associations au sein d’une seule structure. Nous avons dans le bureau exécutif international les présidents d’associations de différentes contrées ainsi que les présidents des associations des boursiers. Je l’ai dit également en début d’interview, un de nos objectifs est d’être l’interlocuteur privilégié auprès des autorités. Demain par exemple, si un de nos ministères de tutelle ou même la présidence de Côte d’Ivoire veut faire passer un message aux étudiants ivoiriens de la Diaspora, ils sauront désormais qu’ils pourront contacter l’A.E.D.I. qui, avec ses différentes coordinations à travers le monde fera aisément passer leur message.

KOACI.COM : Quels sont les objectifs à moyen et long terme de l’AEDI et ses moyens d’action ? Comment l’AEDI est structurée ?

L.D : A moyen terme, nous espérons pouvoir installer au moins une coordination opérationnelle en Europe, en Amérique et en Asie afin de mettre en exécution notre désir d’apporter assistance, conseils et orientations aux nouveaux étudiants ivoiriens de l’extérieur. En effet, nous envisageons pour la rentrée prochaine la réalisation d’un projet pilote dénommé AKWABA qui vise à recenser les étudiants ayant obtenu leur visa depuis Abidjan. L’assistance que nous souhaitons leur apporter comprendra par exemple l’accueil à l’aéroport, l’hébergement les premiers jours et l’accompagnement pour les démarches administratives ; et ce, en collaboration avec les ambassades des pays concernés. Pour cela, nous aurons donc besoin de coordination déjà opérationnelle dans ces pays. Cette activité permettra à l’association de recenser chaque année les étudiants ivoiriens de l’extérieur et donc d’avoir une base de données des étudiants ivoiriens de l’extérieur.

Nous envisageons également l’organisation d’un colloque pour l’été prochain dont l’objectif est de valoriser l’étudiant ivoirien en général. Un colloque durant lequel de nombreuses activités sont prévues notamment des conférences, un concours d’idée d’entrepreneuriat ou encore un salon d’orientation. Au moment opportun, vous aurez de plus amples informations. De plus, nous travaillons actuellement pour la création d’un Think tank de l’A.E.D.I. qui sera une tribune où l’intellectuel afro-caraïbéen pourra s’exprimer librement. Le think tank sera ouvert à tout le monde, étudiant ou pas, et abordera tous les sujets qui concernent l’Afrique et les Caraïbes. Le site internet de l’association est déjà opérationnel et d’ici peu nous lancerons notre Think tank.

A long terme, nous espérons avoir des représentations dans chaque pays où se trouveront des étudiants ivoiriens et avoir une place privilégiée dans le débat sur l’éducation en Côte d’Ivoire. Concernant l’organigramme de l’A.E.D.I., il faut déjà savoir qu’il existe des organes dirigeants et l’organe consultatif. Ce dernier est le conseiller technique du bureau exécutif international et est composé entre autres de représentants de la diplomatie ivoirienne, de présidents d’associations de la diaspora Rechercher diaspora ivoirienne. Quant aux organes dirigeants de l’A.E.D.I., en plus du Congrès et de l’Assemblée Générale (AG), nous avons un Bureau Exécutif International (BEI) chargé de la gestion de l’association, les Coordination Généraux (CG) qui regroupe les coordinations nationales d’un continent, les Coordinations Nationales (CNA) qui est la structure représentative de l’A.E.D.I. dans un pays et regroupe les différentes sections du pays et enfin les sections qui sont les cellules de base de l’A.E.D.I. et sont créées dans les villes des différents pays de l’étranger.

KOACI.COM : Monsieur le président peut-on savoir plus sur vos chantiers depuis que vous êtes à la tête de l’AEDI ?

L.D : Je pense qu’il est assez tôt de me poser cette question car je suis président depuis seulement un mois. Mais ma plus grande réussite à ce jour a été de pouvoir rassembler les étudiants ivoiriens des quatre coins du monde, ce qui, faut l’admettre, n’était pas du tout facile. J’ai de nombreuses activités en vue comme je les ai mentionnées plus haut et je crois que le temps nous permettra de pouvoir répondre à cette question ultérieurement.

KOACI.COM : Quelles sont les difficultés rencontrées par les étudiants de la diaspora Rechercher diaspora et que font les Ambassades ivoiriennes pour vous venir en aide ?

L.D : La plus grande difficulté que nous rencontrons est d’ordre financier. Vous savez vivre à l’étranger est très couteux sans oublier les frais de scolarité qui sont très élevés dans certains pays comme le Canada où les étudiants étrangers paient environ 5 fois plus que ce que paient les nationaux. Heureusement qu’il existe des bourses Rechercher bourses octroyées par la Côte d’Ivoire mais malheureusement tous les étudiants ne peuvent pas en bénéficier.

Je dirai que les ambassades font quand même du mieux qu’elles peuvent pour venir en aide aux étudiants. En France, Mme Gogoua, la responsable du service étudiant fait un travail colossal pour venir en aide aux étudiants dans le besoin et au Canada, l’ambassadeur SEM. N’goran KOUAME, qui est d’ailleurs très proche de la diaspora, fait également un travail remarquable en augmentant par exemple les bourses Rechercher bourses d’exemption pour les étudiants ivoiriens.

KOACI.COM : L’un des soucis des étudiants ivoiriens à l’étranger est la question de la bourse comment les membres de l’AEDI vivent-ils cette situation ?

L.D : Au sein de l’A.E.D.I. nous avons des membres qui bénéficient de la bourse et d’autres non. Et un des objectifs de l’association est justement de lutter pour que non seulement le nombre de boursiers soit augmenté mais aussi pour que le montant de la bourse soit réévalué. Les étudiants au Doctorat en France par exemple ont une bourse de 609 euros par mois alors que les écoles doctorales exigent un montant minimum de 1350 euros pour pouvoir s’inscrire. Je connais de nombreux étudiants dans des difficultés à cause de cette situation déplorable.

KOACI.COM : Un appel à lancer aux autorités ivoiriennes et à vos camarades de la diaspora Rechercher diaspora qui n’ont pas encore rejoint l’AEDI ?

L.D : Aux autorités ivoiriennes, nous dirons qu’elles sachent qu’il existe désormais une association qui regroupe les étudiants ivoiriens de la diaspora Rechercher diaspora sur qui, elles pourront compter quand il le faudra. Et nous invitons toutes les associations d’étudiants ivoiriens à travers le monde qui souhaiteraient faire partie de ce projet, de rentrer en contact avec nous, soit sur notre site internet (www.aedci.net) ou encore sur notre page Facebook. Il s’agit d’un projet de grande envergure dont nous sommes persuadés qu’il apportera de nombreuses réponses aux problèmes de l’étudiant ivoirien mais pour le réussir nous avons besoin du grain de sel de chacun. Ensemble nous serons plus forts.

Interview réalisée via internet par Donatien Kautcha depuis Abidjan

Source : Lamoussa Diabaté parle de la nouvelle association des étudiants de la diaspora et des difficultés rencontrées à l’extérieur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s